On ne rentre jamais à la maison – Stéfani Meunier

Éditions Boréal (2013) – 160 pages

On ne rentre jamais à la maison

Présentation de l’éditeur :

Oublie-t-on jamais la maison qui a abrité notre enfance ? Ses odeurs, sa lumière, le vieil érable qui se dresse devant la porte, le bout de rue qu’on aperçoit de la fenêtre ?
La maison de notre enfance est un lieu magique, où rêves et cauchemars sont autant de pièces secrètes qu’on ne se lasse pas de revisiter. Chaque marche de l’escalier, chaque latte du plancher nous semble familière, aussi familière que le grain de notre peau, que la paume de notre main.
Pour Pierre-Paul, quitter la maison de son enfance, avenue Lorne, à Montréal, est d’autant plus déchirant que c’est là qu’il a vécu des moments inoubliables avec Charlie, sa meilleure amie. Charlie qui avait des passions, intenses, fulgurantes, fugaces. Charlie qui était fascinée par tout ce qui est mystérieux, inexplicable : les ovnis, la lévitation, les tueurs en série, le yéti, la disparition des dinosaures, les fantômes, la sensation de déjà-vu et, bien sûr, l’Atlantide, le triangle des Bermudes et les vagues scélérates. Faut-il voir dans ces passions, les trois dernières surtout, une prémonition de la façon dont elle allait disparaître ?
Avec ce don inimitable pour évoquer les atmosphères qui est le sien, Stéfani Meunier nous amène à revivre les abandons qui marquent la fin de l’enfance pour chacun de nous. Son écriture est un instrument d’une extraordinaire sensibilité qui révèle, sous la surface lisse de nos vies, les gouffres ouverts en nous par les lieux et les êtres que nous avons perdus.

Tout commence par une amitié entre Pierre-Paul et Charlie enfants, et un jour, cette dernière disparaît. Pierre-Paul étant le dernier à l’avoir vu dans la maison de son enfance avenue Lorne, cela va donc le tourmenter et produit chez nous en tant que lecteurs, une ambiance énigmatique concernant cette maison.
Dans ce roman, nous suivons tour à tour Pierre-Paul, adulte, devenu scénariste, toujours un peu perturbé par la disparition de sa meilleure amie Charlie et Clara, jeune maman, vivant dans l’ombre de sa sœur évaporée, se rendant compte qu’elle ne pourra jamais la remplacer aux yeux de ses parents. Ainsi, nous apprenons à les connaître dans leur quotidien et comment ils vivent avec ce sentiment de ne pas savoir ce qui est arrivé à Charlie. De plus, ce livre est écrit à la première personne, rendant les personnages encore plus attachants.
Bref, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce beau roman à l’écriture remarquable ayant pour thèmes l’amitié, l’amour mais également la culpabilité et l’amertume se terminant avec une touche d’espoir.

Le mal existe et les enfants le savent. Cette sensation si forte, je ne l’ai pas inventée. Elle est là, depuis toujours, vécue par chacun d’entre nous.

coeurs

comme à l'école

Publicités

4 réflexions sur “On ne rentre jamais à la maison – Stéfani Meunier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s