Cinq semaines en ballon – Jules Verne

Éditions Bookking International (1995), 378 pages

Cinq semaines en ballon

Présentation de l’éditeur :

Pour Jules Verne (1828-1905), la conquête du ciel pouvait se faire par des ballons aérostatiques. Aussi envoie-t-il, pour un voyages de Cinq semaines en ballon (1863), le docteur Samuel et ses compagnons survoler l’Afrique. les péripéties, dramatiques ou pittoresques, ne manqueront pas. Une fois de plus, Jules Verne, dans ce roman au rythme haletant, qui sera le premier grand succès de sa carrière de romancier, se révèle un précurseur : plusieurs aventuriers européens tenteront une semblable expérience, avec généralement moins de bonheur que les héros et les innombrables lecteurs de cette fiction passionnante qui a fait « s’envoler » des générations entières.

Dans cette œuvre de Jules Verne, nous suivons la traversée en ballon de toute l’Afrique par trois anglais : le Docteur Samuel Fergusson, brillant explorateur accompagné de son fidèle domestique Joe et de son ami Dick, un véritable chasseur. Le but de cette expédition étant de découvrir les sources du Nil.
C’est avec une émotion intense que l’on suit nos trois voyageurs car ils devront faire face à de multiples obstacles. À savoir, qu’à cette période, l’homme blanc avait une ignorance totale de l’homme noir. Mais, le Docteur Fergusson arrive toujours à rester calme face aux terribles événements, et ses deux compagnons se montrent courageux et sont prêts à mettre leur vie en danger pour lui.
« Cinq semaines en ballon » est une sorte de carnet de voyages où il nous est décrit les peuplades, les paysages, les régions…ainsi que des énumérations concernant les précédentes expéditions en Afrique réalisées par leurs précurseurs et, on a également des détails sur le fonctionnement de l’aérostat en sachant bien que l’aviation n’est pas encore d’actualité à cette époque-là.
En conclusion, c’est un très bon roman d’aventure dépaysant et instructif dans lequel, j’ai trouvé une ressemblance entre le Docteur Fergusson et Phileas Fogg (voir « Le tour du monde en quatre-vingts jours ») car ils sont tous deux déterminé et serein. Quant à Joe et Dick, ils sont tout aussi attachants.

Je ne poursuis pas mon chemin, disait-il souvent, c’est mon chemin qui me poursuit.

Les obstacles, répondit sérieusement Fergusson, sont inventés pour être vaincus ; quant aux dangers, qui peut se flatter de les fuir ? Tout est danger dans la vie ; il peut être très dangereux de s’asseoir devant sa table ou de mettre son chapeau sur sa tête ; il faut d’ailleurs considérer ce qui doit arriver comme arrivé déjà, et ne voir que le présent dans l’avenir, car l’avenir n’est qu’un présent un peu plus éloigné.

Il n’y aura peut-être pas toujours des savants, il y aura toujours des poètes.

Ce livre a fait l’objet d’une lecture commune avec Entre les Pages, découvrez son avis ICI

Challenge-Jules-Verne Afrique

Publicités

5 réflexions sur “Cinq semaines en ballon – Jules Verne

  1. Pingback: Cinq semaines en ballon | Entre Les Pages

  2. Pingback: Challenge littéraire : A la découverte de l’Afrique | desliresdestoiles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s