Ne le dis à personne…- Harlan Coben

Éditions Pocket (2004) – 430 pages

Ne le dis à personne

Présentation de l’éditeur :

Imaginez….

Votre femme a été tuée par un serial killer.

Huit ans plus tard, vous recevez un e-mail anonyme.

Vous cliquez : une image…

C’est son visage, au milieu d’une foule, filmé en temps réel.

Impossible, pensez-vous ?

Et si vous lisiez « Ne le dis à personne… »?


 

Docteur Beck, est un homme n’arrivant pas à faire le deuil de sa femme qu’il a perdu huit ans plus tôt, jusqu’au jour où il reçoit un étrange mail lui donnant un espoir : « et si sa femme était toujours en vie ? ». Dès lors, il va se mettre à la recherche de ce correspondant et nous sommes alors entraînés avec notre héros dans sa quête, afin de comprendre ce qu’il s’est produit il y a huit ans. Ainsi, nous prenons un réel plaisir à le suivre dans cette aventure, pleine de suspens et de rebondissements, nous tenant en haleine jusqu’à la dernière page.
En plus d’avoir une intrigue superbement bien ficelée, l’auteur décrit à merveille les personnages sur le point de vue psychologique, en jouant également sur l’émotion, ce qui nous les rend attachants.
Pour conclure, c’est un thriller époustouflant avec des indices qui nous sont livrés petit à petit et donc il est difficile pour le lecteur de lâcher ce roman car, on veut absolument connaître le dénouement de cette énigme dont on ne devine à aucun moment, la tournure que cela va prendre avant la dernière page. Bref, il ne me reste plus qu’à voir l’adaptation cinématographique prochainement, pour laquelle je vous donnerai également mon avis !

Je ne me croyais pas suffisamment cinglé pour faire apparaître son image, mais, par ailleurs, les fous ne reconnaissent jamais leur folie.

Les clichés n’ont pas tort – ce qui compte, c’est l’homme, la vie est précieuse, on accorde trop de valeur au matérialisme, les petites choses ont aussi leur importance, il faut vivre le moment présent -, et je peux vous les répéter jusqu’à plus soif.

Selon moi, les morts disparaissent une bonne fois pour toutes. Mais je ne peux pas m’empêcher de me dire : Peut-être suis-je digne d’elle maintenant.

Il y a des choses qu’on range, qu’on colle au fond d’un placard, qu’on pense ne plus revoir – mais qu’on ne se résout pas à mettre à la poubelle. Un peu comme les rêves, quoi.

J’ai appris que ce n’est pas parce qu’on ne voit pas d’autre explication qu’il n’en existe pas. Ça signifie simplement qu’on ne les voit pas.

coeursdéfi de novembre 2014 - have a break,have a book

Publicités

8 réflexions sur “Ne le dis à personne…- Harlan Coben

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s