Les lutins urbains, T1 : L’attaque du Pizz’ Raptor – Renaud Marhic

Un grand merci à l’auteur Renaud Marhic de m’avoir fait voyager Les Lutins Urbains

Éditions P’tit Louis (2013) – 125 pages

Les lutins urbains, T1 : l'attaque du Pizz'raptor

Présentation de l’éditeur :

On les croyait disparus à jamais, chassés de nos contrées par la modernité. Erreur ! On peut bien avoir construit des villes à la campagne, les lutins se sont faits urbains ! Et ils n’ont rien perdu de leurs pouvoirs d’agaceries, tracasseries, et espiègleries…

Quel est donc cet inconnu qui s’en prend aux livreurs de pizzas, leur dérobant leur chargement sans jamais faire main-basse sur l’argent ?

Gustave Flicman, jeune policier de la Grosse cité, croise un soir le voleur. Si ce n’est pas un lutin, ça y ressemble bien…

Mais voilà le coupable arrêté : c’était un simple SDF. Affaire réglée.

Pas pour Gustave ! Qui ne se doute pas que sa quête du Pizz’ Raptor va le mener jusqu’à l’Université d’Onirie. Là où les Lutins Urbains ont trouvé refuge. Sous la protection du mystérieux Professeur B., Docteur en Lutinologie…

Renaud Marhic nous plonge dans une petite enquête policière hors du commun car, nous sommes transportés dans un monde fantastique et burlesque. Et c’est dans cet univers décalé, que nous suivons notre jeune policier Gustave à la recherche du voleur de pizza, ayant déjà attaqué plus de 130 livreurs. À travers son enquête, on fait alors la connaissance de personnages très atypiques, dont la personnalité de chacun est bien décrite et de façon rigolote.
De plus, l’auteur joue beaucoup sur des jeux de mots rendant cette histoire pleine d’humour et attrayante ainsi, à aucun moment on s’ennuie.
Bref, c’est un petit livre drôle joliment illustré, qui fera aussi bien sourire les plus jeunes que les plus âgés, dans lequel on ne peut qu’apprécier le style de l’auteur. Alors un conseil, lisez cette aventure ! quant à moi je vais poursuivre avec le deuxième tome que l’auteur m’a également fait voyager et dont je ne manquerai pas de vous en parler.

Plus il y a d’humains à croire en une créature imaginaire, plus il y a de risques de la voir se manifester.

Mieux vaut être petit chez soi que grand chez les autres.

Il n’est point d’avorton qui ne porte d’ombre !

On ne parle pas d’échasses dans la maison d’un lutin…

Les illustrations sont de GODO

Les lutins urbains T1 (1) Les lutins urbains T1 (2)

Dans la même série :

Les lutins urbains, T2 : Le dossier Bug le Gnome Les lutins urbains, T3 : Les lutins noirs

éditions p'tit louis les Lutins Urbains

Jeunesse & Young Adult

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s