Fantômes et samouraïs : Hanshichi mène l’enquête à Edo (tome 1) – Kidō Okamoto

Éditions Picquier (2007) – 458 pages

Fantômes et Samouraïs

Présentation de l’éditeur :

Un jeune journaliste très curieux du siècle passé et de ses histoires de fantômes interroge le vieil Hanshichi, qui lui raconte quelques-uns de ses exploits de détective dans le Japon du XIXe siècle. À l’âge de dix-neuf ans, il se distingue pour la première fois dans l’affaire de la Lanterne de pierre, où il peaufine sa méthode de déduction à la manière de Sherlock Holmes. Beaucoup d’autres mystères suivront, tous élucidés avec le brio et la bonhomie qui le caractérisent. Mais Hanshichi ne se contente pas de raconter ces histoires de maison de samouraï hantée, de voleur de kimono, d’incendie, de meurtre, d’esprit vengeur, d’amours clandestines, de moine bouddhiste corrompu. Il y ajoute force détails sur la vie dans le Japon traditionnel, les croyances, les saisons, les façons de s’habiller, et sur une foule de personnages aux petits métiers divers et variés. À la fin de ces quatorze énigmes, le lecteur connaît une bonne partie des coutumes de l’époque et s’est pris d’affection pour cet enquêteur tellement doué et sympathique.


 

Un jeune journaliste prend l’habitude de rendre visite à Hanshichi, un détective enquêtant à la manière de Sherlock Holmes. Ce dernier lui raconte alors quelques unes de ses investigations qu’il a résolu à l’époque d’Edo. C’est alors qu’à travers elles, le lecteur plonge en plein cœur du Japon au dix-neuvième siècle où les traditions nous sont bien décrites. Ainsi, en plus de découvrir quatorze petites enquêtes, n’ayant aucun rapport entre elles, on apprend une multitude de choses sur le Japon à cette époque : comme sur les croyances, les habits, les fêtes mais également sur les métiers.
Aussi, ce qui m’a beaucoup plus dans ces énigmes, c’est que la plupart des personnages secondaires sont tellement superstitieux qu’ils sont près à croire des choses improbables, mais c’est cela qui apporte de l’humour dans certaines de ces histoires, car par exemple qui pourrait bien croire qu’une vieille femme puisse se métamorphoser en chat ?
Pour conclure, « Fantômes et samouraïs » est à la fois une lecture divertissante et très enrichissante, dans laquelle on s’attache tellement à Hanshichi que l’on a vraiment l’impression d’être à ses côtés et qu’il nous raconte ses exploits de détective. Bref, j’ai tellement aimé ce livre que je lirai les autres enquêtes de Hanshichi dans « Fantômes et kimonos ».

Quand une personne suspectée n’a rien à se reprocher, elle se contente d’écouter sans réagir. Dans le cas contraire, elle ne peut rester impassible.

Challenge thriller et polar 2 jeterminece-que-jentreprends-2016

Ce livre a été lu dans le cadre du Club de Lecture.

  • Voir l’avis d’Entre les Pages ICI
Publicités

7 réflexions sur “Fantômes et samouraïs : Hanshichi mène l’enquête à Edo (tome 1) – Kidō Okamoto

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s