Lamiel – Stendhal

Éditions : Gallimard – 342 pages

LamielPrésentation de l’éditeur :

Le lendemain, Lamiel trouva Jean dans le bois, il avait ses habits des dimanches.
– Embrasse-moi, lui dit-elle.
Il l’embrassa. Lamiel remarqua que, suivant l’ordre qu’elle lui en avait donné, il venait de se faire faire la barbe ; elle le lui dit.
– Oh ! c’est trop juste, reprit-il vivement, mademoiselle est la maîtresse ; elle paye bien et elle est si jolie !
– Sans doute, je veux être ta maîtresse.
– Ah ! c’est différent, dit Jean d’un air affairé ; et alors sans transport, sans amour, le jeune Normand fit de Lamiel sa maîtresse.
– Il n’y a rien autre ? dit Lamiel
– Non pas, répondit Jean.
Lamiel s’assit en le regardant s’en aller. (Elle essuya le sang et songea un peu à la douleur.) Puis elle éclata de rire en se répétant : « Comment, ce fameux amour ce n’est que ça ! »

Les Hautemare devenant des gens riches et voulant déshériter leur neveu Guillaume Hautemare, adoptèrent à l’hospice Lamiel qui feront passer pour leur nièce. Ainsi Lamiel fût élevée dans un petit village situé en Normandie où madame Hautermare ne lui parlait que de devoirs et de pêchés. C’est alors qu’en grandissant, la jeune fille s’ennuya et même lorsqu’elle devient la lectrice de Madame de Miossens, elle finit également par souffrir d’ennui. En fait, ce qui préoccupe tant Lamiel, c’est de ne pas savoir ce qu’est l’amour et quand elle le découvre, elle est déçue. Bien vite,  elle va jouer avec le cœur des hommes, et cela va l’amuser car ils obéissent à ses caprices, notamment le duc de Miossens qui va être fou amoureux d’elle. Et puis, un jour, Lamiel va faire la rencontre du comte de Nerwinde, qui lui est bien différent des autres hommes qu’elle a connu.

« Lamiel » est un roman posthume inachevé de Stendhal pour lequel on n’a pas réellement une fin puisque l’on ne sait pas comment a évolué l’héroïne. Malgré cela, j’ai apprécié la plume de l’auteur qui est à la fois passionnée et ironique. Ainsi, même si j’ai trouvé le début un peu long à se mettre en place, j’ai été très vite charmé par les descriptions que fait Stendhal sur les personnages, l’époque mais aussi sur les décors. De plus, quand Lamiel fait son entrée dans l’intrigue, le rythme s’accélère et je me suis très vite attachée à elle car elle ne manque pas de caractère et je me suis surprise à sourire quand le duc de Miossens obéit à ses caprices. Bref, Lamiel est une héroïne vive d’esprit et indépendante, ce qui devait être rare dans la littérature à cette époque.
En conclusion, c’est le premier livre que je lis de Stendhal et ce ne sera certainement pas le dernier. D’ailleurs j’ai « Le Rouge et le Noir » dans ma pile à lire.

Publicités

4 réflexions sur “Lamiel – Stendhal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s